07/05/2005

Mars : va-t-on assister en direct à l'agonie d'Opportunity ?

Alors que les deux rovers martiens se portaient à merveille et que la NASA venait de prolonger les budgets de fonctionnement jusqu'en septembre … 2006, coup de théâtre sur Mars au sol 446, dans la région de Terra Meridiani, là où évolue le 2ème rover : Opportunity est enlisé dans les sables depuis presque une semaine ...Lire la suite ICI

18:29 Écrit par Snork | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/05/2005

Deploiement du radar MARSIS aujourd'hui

Après plus d'un an de retard, l'Agence spatiale européenne (ESA) va commencer aujourd'hui le déploiement des antennes du radar de la sonde Mars Express. Cet instrument, qui est l'un des plus innovants de la mission européenne, va chercher la présence d'eau dans le sous-sol martien, jusqu'à plusieurs kilomètres de profondeur. Il n'a pas été mis en service à la date prévue en avril 2004, car le fabricant, la société Astro Aerospace aux Etats-Unis, a découvert au dernier moment que les trois antennes risquaient de venir frapper la sonde spatiale en se déployant.


Les deux antennes principales de 20 mètres de long, ainsi qu'une troisième de 7 mètres, sont des longs tubes creux en fibre de carbone de 2,5 centimètres de diamètre. Depuis le lancement de la sonde en juin 2003, ces antennes sont maintenues repliées sur elles-mêmes comme des ressorts. Il suffit de les libérer pour qu'elles se dressent et prennent leur position finale. Après avoir appris que les antennes pouvaient risquer d'endommager la sonde et ses autres instruments scientifiques, les spécialistes européens ont décidé de retarder le déploiement, et d'étudier la question à fond pour estimer au mieux les dangers encourus. Au terme de presque une année de travail et d'enquête, une commission d'enquête spéciale a finalement conclu que les risques étaient limités, et que le déploiement allait pouvoir se faire.


Malgré les assurances de la commission d'enquête, cette opération délicate va être surveillée de très près. Les commandes vont être envoyées vers la sonde spatiale depuis le centre de contrôle de l'ESA à Darmstadt en Allemagne. L'opération va se dérouler en trois phases : la première antenne doit être déployée aujourd'hui, la deuxième le 8 mai, et la dernière le 12 mai. Pendant toute cette période, aucune observation scientifique n'est prévue, et la sonde sera placée dans un mode de fonctionnement particulier, qui lui permet de retrouver sa bonne orientation dans le ciel de manière automatique, même si le déploiement des antennes provoque de fortes oscillations sur tout l'engin. Normalement, il faudra ensuite attendre le 17 mai pour savoir si le radar, appelé Marsis, fonctionne comme prévu.


Le déploiement du radar est d'autant plus attendu par les scientifiques européens que la prochaine sonde martienne de la Nasa, Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), attendue sur Mars en 2006, sera elle aussi dotée d'un radar, étudiant des zones plus proches de la surface. Or même si les deux missions sont scientifiquement complémentaires, les Européens aimeraient évidemment avoir la primeur sur leur collègue, dans le cas où il existerait des nappes d'eau souterraines. Le but principal de Marsis est de découvrir si une grande partie de l'eau qui a sculpté d'immenses canyons dans le lointain passé martien ne se cache pas aujourd'hui dans le sous-sol.

Source : http://www.lefigaro.fr/sciences/20050503.FIG0285.html

11:12 Écrit par Snork | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |